0

La p’tite jauge qui monte, qui monte, qui monte…

Après plus d’un mois de présence sur la plateforme de financement participatif MyMajorCompany, Groom Service des idées et des cadeaux a réussi à lever 2030 euros sur les 3000 qu’elle s’était fixés, et c’est un bon début.

Merci infiniement à tous les internautes qui, jusqu’à présent, nous ont fait confiance !!

Il nous reste encore 38 jours pour atteindre notre objectif de collecte : obtenir 3000 euros avant le 1er septembre (sans quoi, nos généreux contributeurs récupèreront leur participation).

Aussi, si comme nos 22 premiers contributeurs, vous souhaitez faire partie de notre aventure, rendez-vous sur le lien : http://www.mymajorcompany.com/fini-les-corvees-de-shopping-cadeaux.

Merci à tous et bonnes vacances !

GRAPHE MONTANT

0

GSDIDC est sur MyMajorCompany…

Groom Service : des idées et des cadeaux (GSDIDC), a décidé de booster son activité en ouvrant un projet de financement participatif (crowdfunding en anglais) sur la célèbre plateforme MyMajorCompany.

L’objectif que nous nous sommes fixés : lever 3000 euros en 70 jours afin de financer une partie de notre budget communication. Nous devons impérativement remplir notre jauge de 3000 euros avant la fin de la période de collecte, sans quoi les contributeurs récupèreront leur participation.

Si comme les 10 premiers contributeurs, vous souhaitez faire partie de notre aventure, rendez-vous sur le lien :

http://www.mymajorcompany.com/fini-les-corvees-de-shopping-cadeaux.mmc

0

Faut-il faire un cadeau à la maîtresse ?

Eh oui, l’année scolaire touche déjà à sa fin. Et qui dit fin d’année scolaire dit kermesse, conseil de classe et surtout…cadeau à la maîtresse (ou au maître) !
S’il est de bon ton de remercier celle ou celui qui s’est occupé(e) de nos chers bambins tout au long de l’année, cette pratique n’est pas forcément adoptée par tous.

« Pas question de faire un cadeau à la maîtresse de mon fils. Elle ne fait que son job », s’emporte Laure que cette habitude agace. « Nous sommes pratiquement à la fin de l’année et la maîtresse ne sait toujours pas reconnaître mes jumeaux. Pas d’efforts, pas de cadeaux ! », avoue Elodie.

ADVERTISEMENT

 

 

 

 

 

 

Pourtant, à chaque fin d’année, et même parfois à Noël, la moitié des parents remercie l’institutrice à grand renfort de bouquets de fleurs ou de ballotins de chocolats. Dans beaucoup d’écoles maternelles et primaires, le cadeau de fin d’année à la maîtresse (voire à son auxiliaire) apparaît comme une véritable tradition. Elle est même parfois tellement bien ancrée que les associations de parents d’élèves se chargent elles-mêmes de faire une collecte pour l’achat d’un cadeau plus dispendieux, comme un week-end en thalasso, un soin dans un spa, etc.

« Le cadeau de remerciement à l’instituteur existe depuis longtemps. Même s’il prenait autrefois une forme plus classique, on reste dans la même dynamique de communication avec l’enseignant », souligne Ostiane Mathon, enseignante, consultante et auteur du livre Un projet pour repenser la relation parents-enseignants.
Le cadeau fait à la maîtresse arrive en fin d’année, ce qui exclut toute espèce de transaction. On est plus dans un retour positif sur l’année qui vient de s’achever que dans une logique de soumission. Et c’est tant mieux ! Il faut prendre ces cadeaux comme le désir d’une famille de se manifester et de dire merci. Surtout à l’école, où la communication est souvent à sens unique, des enseignants vers les parents.
Et vous, qu’en pensez-vous : faut-il faire un cadeau à la maîtresse ?
maitresse
0

Le métier de concierge…

Pour comprendre ce qu’est la conciergerie, remontons aux origines et sens du mot Concierge.

L’origine du mot est obscure. L’ancêtre du concierge était-il un gardien (cumcerges au XIIe siècle) ou un serviteur (conservius, dérivé de cum et servire) ?

Le portier d’hôtel ou Concierge tel que nous le connaissons aujourd’hui, est apparu avec l’hôtellerie moderne, elle-même conséquence de la naissance et du développement de moyens de transport terrestres, maritimes et aériens. Son rôle est de répondre aux demandes diverses et variées du client.

Aujourd’hui, le concierge ne se contente pas de sévir dans les grands hôtels, il sévit également dans les entreprises, les grands magasins, les hôpitaux, ou encore les aéroports. Quel que soit l’endroit où les clients potentiels du concierge se trouvent, ils ont tous les même attentes : un service rendu, qui engendre une diminution du stress et un gain de temps.

Selon l’Institut de Conciergerie Internationale “Ce n’est pas tant le confort physique qui est aujourd’hui recherché, mais la qualité de vie offerte, l’émotion, la sensation, la considération de la personne. »

Cette profession tend à gagner en popularité auprès des entreprises et des particuliers en quête de temps. Avoir recours à un concierge n’est plus un luxe, mais bien un style de vie. C’est un moyen pratique, efficace et personnalisé d’améliorer élégamment votre existence et de gagner, une fois pour toutes, la course contre la montre !

SPIROU

0

Dis-moi quel cadeau tu offres, je te dirai qui tu es

Offrir quelque chose est, avant tout, une marque d’amour : le but est à priori de faire plaisir. Mais, plus important que le cadeau que nous offrons, il y a surtout la manière dont nous l’offrons, avec plus ou moins d’assurance, de bon goût, ou encore de mise en scène. Et vu que la manière d’offrir en dit long sur celui qui offre et sur sa relation avec l’autre, voici le décryptage de quelques comportements fréquents.

Les cadeaux utiles

Par cadeaux utiles, on entend par exemple, les appareils électro-ménagers pour une femme, ou encore des outils de bricolage ou de jardinage pour un homme.Offrir un cadeau utile, c’est ramener l’autre à ce qu’il est (maîtresse de maison sous-équipée, bricoleur mal outillé…) et non à ce qu’il voudrait être. Cela témoigne de la difficulté à se mettre à la place de l’autre. C’est généralement un cadeau qui déçoit son bénéficiaire, pour la simple et bonne raison qu’un cadeau est censé faire rêver, et non rendre service.

Les cadeaux empoisonnés

Offrir un cadeau empoisonné, c’est priver l’autre de liberté. Celui qui reçoit ce cadeau (un chiot, un instrument de musique « bruyant »…) se trouve alors dans une situation intenable : il ne peut pas le refuser, ni se plaindre sous peine de passer pour un mauvais joueur. C’est le cadeau des narcissiques, par excellence.

Les cadeaux majestueux

Offrir des cadeaux magnifiques peut revêtir plusieurs sens. Il peut témoigner d’une volonté de dominer l’autre (on accordera plus d’attention à celui qui offre un cadeau magnifique qu’à celui qui offre une babiole), c’est un moyen d’éclipser les autres donateurs. Mais c’est également un moyen de marquer son emprise sur celui à qui on l’offre, on est alors sûr qu’elle ne pourra pas le rendre et sera alors redevable. Cela peut également être un moyen de venir en aide à quelqu’un dans le besoin (offrir un ordinateur à un étudiant fauché est un moyen de l’aider au quotidien). Cela peut aussi vouloir dire que celui qui offre a besoin d’être aimé.

Les cadeaux soldés

Faire la chasse aux bons plans ou aux cadeaux pas chers a plusieurs sens. Cela peut témoigner d’une volonté d’offrir un cadeau inaccessible à un prix élevé avec des moyens somme toute limités. Mais cela peut être un moyen de s’acquitter d’une dette sans avoir à y mettre le prix : c’est être avare de sentiments. Cela révèle le peu de valeur que l’on accorde à la personne à qui on offre le cadeau. Si l’on veut que ce cadeau soit apprécié, il faudra alors dissimuler les conditions dans lesquelles il a été acheté et le présenter dans un emballage soigné.

Les bons d’achat

Les bons d’achat sont un moyen, certes, de céder à la facilité, un moyen de se débarasser d’une corvée, mais cela peut aussi signifier vouloir vraiment faire plaisir en donnant la possibilité à celui qui le reçoit de s’acheter ce qui lui fait vraiment plaisir, alors que l’on a été soi même incapable d’identifier ce qui ferait vraiment plaisir. Le montant du bon d’achat sera révélateur de l’importance accordée à la personne à qui on l’offre.

Les cadeaux « faits maison »

Ils peuvent passer pour des cadeaux de radins, mais le fait d’avoir consacré du temps, de l’attention, à sa réalisation lui confère une certaine valeur à la mesure de la personne à qui on l’offre. Ils peuvent aussi passer pour des cadeaux de prétentieux qui s’estiment supérieurs, par leur qualités, aux autres, mais ils peuvent être aussi le fait de personnes très sensibles, capables d’empathie puisqu’il s’agit d’offrir quelque chose d’unique.

gift boxes

0

La valeur symbolique du cadeau

L’acte d’offrir est profondément implanté dans nos mœurs et, bien que cet acte soit censé exprimer nos sentiments, il véhicule d’autres valeurs qui ne sont pas nécessairement d’ordre affectif.

Pierre-Marie Martin, dans l’article « Éloge du cadeau » montre par exemple, le rapport qu’il y a entre la valeur marchande et la valeur symbolique du cadeau, et souligne que celui-ci peut modifier nos relations sociales.

L’article d’Anne Monjaret, « L’argent des cadeaux », indique par ailleurs que le prix des présents doit respecter une règle de réciprocité, si on ne veut pas risquer de compromettre nos relations.

Annie Ernaux, quant à elle, souligne dans son roman « La place », l’importance de réussir un cadeau. Elle met en évidence l’impact émotionnel qui se dégage si par malheur nous « ratons » nos cadeaux, et de quelle manière ce ratage est le signe d’une relation échouée.

Finalement, faire un cadeau revêt une grande valeur symbolique : les objets que nous offrons ont une valeur marchande, normalement proportionnelle à notre valeur affective. La valeur du cadeau offert est également une manière de mettre en avant notre position sociale. En gros, plus le cadeau que nous offrons est cher, plus il nous valorise, nous ainsi que le bénéficiare.
Bref, vous l’aurez compris, offrir un cadeau est un acte « faussement libre », chargé d’implications et d’obligations sous-entendues, qui a un impact profond sur nos rapports sociaux.

lichtenstein

0

Bonne fête, papa !

La fête des pères nous vient tout droit des Etats-Unis. En effet, tout a commencé en 1910 à Spokane, une petite ville américaine. Élevée par son père, avec ses cinq frères et sœurs, suite au décès de sa mère, Sonora Smart Dodd souhaita rendre hommage à son père en instaurant une fête en son honneur. Le père de la jeune fille, étant né un 19 juin, la toute première fête fut donc célébrée le 19 juin 1910 dans l’Etat de Washington.

Bien que le président Calvin Coolidge ait demandé à ce que cette fête devienne nationale, il faudra attendre 1966 pour que le président Johnson signe une déclaration offcielle qui imposera le troisième dimanche de juin, comme journée de fête des pères aux Etats-Unis.

En France, ce n’est ni un maréchal ni un traité qui est l’origine de la première fête des pères, mais Flaminaire, une marque bretonne de briquets. Contrairement à la fête des Mères, la fête des pères n’a jamais été institutionnalisée, elle est pourtant bel et bien inscrite dans nos agendas.

La première fête des pères a été célébrée deux ans après l’officialisation de la fête des mères. En France, nous fêtons les pères le 3ème dimanche de juin.

fête des pères

0

Typologie comportementale des cadeaux

On a chacun sa manière d’offrir et de recevoir les cadeaux. Et vu qu’on n’est jamais vraiment sûr de satisfaire ou d’être satisfaits, le moment des cadeaux reste un moment chargé d’incertitudes. Toutes les réactions sont possibles. On peut recenser six manières d’offrir et de recevoir un cadeau. La liste des réactions étant infinie, cette typologie comportementale est loin d’être exhaustive.

Parmi ceux qui offrent, on rencontre souvent les sceptiques qui pensent s’être trompés (« Tu peux l’échanger »), les présomptueux certains de faire plaisir (« Tu vas voir. C’est génial ! »), les oppresseurs qui forcent la satisfaction (« J’espère sincèrement que ça te plaira ! »), les modestes dont le cadeau n’est jamais assez bien (« C’est pas grand chose »), les prudents qui ont tout fait pour ne pas se tromper (« A priori ça te devrait te plaire… j’ai demandé à ta femme. »), et enfin les retardataires qui s’y prennent toujours à la dernière minute (« J’ai préféré opter pour un « bon pour ». En attendant que je t’offre un vrai cadeau »).

Parmi ceux qui reçoivent, on rencontre fréquemment les maladroits qui dévalorisent les cadeaux (« Il me manquait justement quelque chose pour sortir les poubelles »), les excessifs qui les survalorisent (« C’est le plus beau pull qu’on m’ait jamais offert ! »), les courtois qui ne veulent froisser personne (« Je ne l’avais pas dans cette couleur »), les embarrassés qui culpabilisent (« Fallait pas ! »), les étonnés qui ne s’attendaient pas à recevoir un cadeau (« C’est pour moi? ») et pour finir, les prophètes qui devinent toujours ce qu’on allait leur offrir (« J’en étais sûr ! »).

A présent, à vous de jouer ! Vous ne savez pas quoi offrir, vous préférez déléguer l’achat du cadeau à un expert ? Groom Service : des idées et des cadeaux se fera un plaisir de s’en occuper à votre place.

images6

0

Un personal shopper ou comment se simplifier le shopping(-cadeaux)

Contrairement aux idées reçues, plus besoin d’être une grande star de la chanson ou de faire partie de l’élite fortunée pour faire appel à un personal shopper. Bien plus accessible qu’on ne le croit, le personal shopper propose un ensemble de services à la portée de tous.

Mais qu’est ce qu’un personal Shopper ? Un professionnel de la mode qui se charge du shopping à votre place ou vous accompagne et vous guide lors de votre shopping. Il trouve les produits dont vous avez besoin, adaptés à votre budget et à votre morphologie. Ce service est très utile pour les personnes qui n’ont pas le temps d’aller faire les magasins ou pour qui le shopping est une corvée.

Une séance de personal shopping, c’est à la fois un gain de temps et d’argent, en plus d’être un moment exclusif et agréable. Les conseils qu’il vous aura prodigués durant la séance d’achats vous serviront pour toutes les prochaines fois.

Loin d’un caprice égoïste, le personal shopping est un véritable investissement à long terme.

De quoi vous donner bonne conscience pour faire également appel à un personal shopper pour votre shopping-cadeaux : celui-ci se fera un plaisir de vous accompagner dans la quête de votre cadeau et vous prodiguera ses précieux conseils afin de le choisir au mieux.

fashion-vintage

 

 

0

Cadeaux communs plus sereins

On l’a tous expérimenté au moins une fois dans sa vie : réunir l’argent pour faire un cadeau commun, est toujours un calvaire pour celui qui s’y colle ! Heureusement, depuis quelques temps, Internet simplifie cette mission avec des sites qui gèrent la collecte de A à Z.

En effet, avec les nouvelles cagnottes-cadeaux en ligne, collecter de l’argent pour faire un cadeau collectif est désormais un jeu d’enfant !
Grâce à elles, vous n’aurez plus besoin ni d’avancer l’argent, ni de galérer pour vous faire rembourser les fonds que vous aurez avancés.

Bon, et maintenant que vous avez l’argent, avez-vous seulement une idée de ce que vous allez offrir ?

cagnottes